Publié le: 25 août 2021 Rédigé par: Aniel Commentaires: 0
capitaux propre

Dans les entreprises, les ressources financières sont représentées par les capitaux propres. Constitués à la base des capitaux apportés par les associés et les actionnaires au moment de la création de l’entreprise, ils sont complétés par les résultats annuels de l’entreprise. Qu’est-ce que les capitaux propres ? Comment les calcule-t-on ? Et quels sont les moyens de financement dont ils bénéficient ?

Capitaux propres : définition

Pour définir les capitaux propres et les rendre plus claires, les experts ont dû le faire en deux compartiments.

Définition générale

La notion de capitaux propres symbolise la trésorerie au sein de l’entreprise. Les capitaux propres représentent les fonds propres c’est-à-dire tout ce que l’entreprise possède à l’exception de ses dettes. Ils constituent une ressource stable pour l’entreprise.

Définition comptable

Les capitaux ou fonds propres sont enregistrés au passif du bilan comptable de l’entreprise. Ils sont constitués par : la somme d’argent déposée à la création de l’entreprise (capital social ou permanent), les bénéfices antérieurs non distribués (réserves légales et statuaires), les bénéfices antérieurs non distribués et non mis en réserve (report à nouveau), les primes d’émission et le résultat de l’exercice. En effet, les capitaux permanents servent à calculer la valeur du fonds de roulement.

Utilité des capitaux propres

La longévité d’une entreprise est basée sur ces capitaux propres. Car ils rassurent les fournisseurs, clients et potentiels investisseurs tout en limitant le risque de faillite. Ils permettent d’assurer les charges exceptionnelles ou charges de fonctionnement. Ils inspirent donc la confiance des créanciers au sein de l’entreprise. Étant une ressource stable de l’entreprise, ils permettent de financer les investissements ou le cycle d’exploitation de votre entreprise. Ils offrent une garantie de solvabilité, de rentabilité financière et d’autonomie financière. Autrement dit, la capacité d’une entreprise à honorer ses engagements sur le long terme réside dans ses capitaux propres. Ils sont à cet effet, un indicateur essentiel de la solidité financière d’une entreprise. C’est également un indicateur pertinent de bonne structure de votre bilan et de bonne santé financière de votre entreprise. En outre, des capitaux propres négatifs indiquent que les dettes de l’entreprise sont plus importantes que son actif c’est-à-dire la viabilité de l’entreprise est en danger.

Méthode de calcul

Il existe un grand nombre de méthodes de calcul, on peut les retrouver comme suit :

Calcul des fonds propres

Les fonds propres sont un peu plus larges que les capitaux propres puisque : fonds propres = capitaux propres + émissions de titres participatifs + avances conditionnées + droits du concédant. Ils regroupent les ressources stables n’ayant pas le caractère de capitaux propres tels que les comptes de capitaux propres, les comptes courants d’associés, les emprunts participatifs ou les obligations convertibles.

Calcul des capitaux propres

Pour calculer les capitaux propres d’une entreprise, la formule adoptée est la suivante : capitaux propres (CP) = patrimoine de l’entreprise (PE) – total des dettes de l’entreprise (TDE). Ils peuvent être aussi déterminés en faisant la somme des composants des capitaux propres tels que les apports en capital et prime, réserves, report à nouveau, subventions d’investissement, provision et résultat de l’exercice. Autrement dit, capitaux propres (CP) = capital social (CS) + réserves sociales (RS) + report à nouveau (RN) + résultat net de l’exercice (RNE). En outre, CP = CS + primes d’émission, de fusion, d’apport + réserves légales, statuaires et autres + résultat de l’exercice + report à nouveau + subventions d’investissement + provisions réglementées. Ainsi, la valeur de l’entreprise est proportionnelle au volume des capitaux propres.

Méthode de financement

Le financement par des capitaux propres en d’autres termes l’investissement par voie d’équité est un processus qui se traduit par l’injection de nouveaux fonds dans une entreprise en échange d’une participation ou d’une part de la propriété de l’entreprise. Très souvent, elle fait référence à la vente ou à l’échange des actions d’une société ouverte sur le marché boursier. Le financement par capitaux propres vise essentiellement à accroitre la capacité d’une entreprise à produire ou financer de nouvelles activités afin de soutenir sa croissance. En effet, il existe deux modes de financement : les financements propres fournis par les associés de la société ou l’entrepreneur lui-même s’il s’agit d’une entreprise individuelle et les financements externes provenant principalement des organismes financiers.

Les financements externes

Les financements externes peuvent être un emprunt bancaire, un emprunt aidé, un crédit-bail une location financière, un découvert autorisé ou un crédit fournisseur.

L’emprunt bancaire

En effet, l’emprunt bancaire correspond à une somme mise à la disposition de l’entreprise par un organisme financier, avec obligation de remboursement selon un échéancier préalablement défini. L’organisme prêteur perçoit des intérêts rémunérant l’apport de fonds et les risques pris.

L’emprunt aidé

Les emprunts aidés peuvent être octroyés par les collectivités territoriales (région, municipalité…). Ils permettent de compléter les financements bancaires et sont souvent pris en compte par les organismes de crédit au titre des apports du créateur.

Le crédit-bail

Encore appelé location avec option d’achat, un financement par crédit-bail n’accorde pas les droits de propriétaire du bien à l’entreprise bénéficiaire pendant la durée du contrat.

La location financière

Il s’agit d’un contrat de location pure sans option et une location longue durée. Ce contrat met à la disposition de l’entreprise un bien tout en conservant la propriété sans prendre l’engagement de le vendre à l’issue du contrat.

Le découvert autorisé

Encore appelé facilité de caisse, il permet à l’entreprise de prélever pendant une durée déterminée et dans une certaine limite, un montant que la banque met à sa disposition

Le crédit fournisseur

Constituant une facilité de trésorerie, le crédit fournisseur quant à lui consiste à octroyer des délais de règlement aux fournisseurs.